Sélectionner une page

Si vous débutez l’apprentissage d’une langue, je recommande d’utiliser les deux applications suivantes :

  • Duolingo pour les bases grammaticales et de vocabulaire
  • MosaLingua pour mémoriser efficacement du vocabulaire

Si vous êtes déjà plus ou moins avancé, il se peut que Duolingo paraisse simple mais pas forcément, surtout vu le niveau moyen atteint à l’école.

J’aurais aimé avoir utilisé au moins Duolingo, parce qu’avec une pratique quotidienne de 15 min maximum j’ai atteint en Italien au bout de 3 mois le même niveau en gros, donc vocabulaire et grammaire, qu’en Allemand en 4 ans (même si on peut évidemment rétorquer que l’Italien est notablement plus facile). Si l’on a déjà les bases et que l’on souhaite atteindre un niveau supérieur, Duolingo n’est pas nécessairement utile, quoique une révision puisse être bénéfique.

MosaLingua a l’avantage de permettre de réaliser un progrès constant. Dans l’hypothèse où l’on commence MosaLingua en 4ème, et qu’on apprend 5 mots par jour, ce qui prend 5 minutes en comptant les révisions, où on fait ça 5 jours par semaine pendant les semaines de cours, on apprend en gros :

5 × (8 mois de cours (donc 8×30 jours) – 2× 24 week-ends) = 960 mots par an

Au bout des cinq ans, vers le bac, cela fait 4800 mots mémorisés dans la mémoire à long terme, sauf les tous derniers, en sachant que Duolingo, donc la base de la grammaire, peut se terminer en quelques mois. Même avec des hypothèses bien plus pessimistes (plus réalistes pour certains), l’intérêt demeure. L’avantage de faire ça, au-delà de la simple réussite à l’épreuve réside dans les points suivants :

  • mots réellement appris et retenus (positif selon la volonté de parler la langue à l’extérieur)
  • absence des déplaisirs liés à l’apprentissage trop rapide et donc temporaire de mots pour une date spécifique, par exemple pour un contrôle de vocabulaire
  • absence des déplaisirs liés à la difficulté ou à l’échec des tests
  • souvent ressenti comme plus facile à faire que les cours

Donc c’est une bonne idée d’en parler à ceux pour qui ce serait potentiellement utile.